La Slague

La Slague est un diffuseur de concerts d’artistes francophones dans le Grand Sudbury (Ontario). Ses origines remontent aux années ’60 et ’70 quand La Slague accueillait des artistes comme Félix Leclerc, Jean-Pierre Ferland, Cano, Renée Claude, Harmonium et Offenbach. La Slague est disparu vers la fin des années ’90 mais elle revient aujourd’hui en force presque 10 ans plus tard dans la programmation du Carrefour francophone.

À l’affiche

Nouvelles

"Une pluie chaude sur le chapeau" – critique du nouvel album de Cindy Doire

8 juillet, 2009

Le 9 juin dernier, cette critique du nouvel album de Cindy Doire, qui fut lancé par la Slague le 22 mai dernier, a paru dans l’Express de Toronto.

On aime Cindy et on a bien aimé lire cette critique… donc, on voulait la partager avec vous.

Une pluie chaude sur le chapeau

Par Dominique Denis

Avec La vie en bleu, paru en 2007, Cindy Doire avait imposé d’entrée de jeu une certaine façon de chanter, d’écrire, d’assumer sa féminité mi-câline, mi-farouche, qui ne pouvait laisser indifférent. Avec ses couleurs de jazz, façon Norah Jones, ce premier opus proposait suffisamment de plaisirs atmosphériques pour faire oublier une écriture qui cherchait encore sa voie en marge des procédés faciles. Deux ans plus tard, avec Chapeau de pluie (distribution APCM), on sent que Cindy a beaucoup écouté, beaucoup lu, et ne se contente pas de jouer les mêmes cartes. Si le charme opère toujours, il n’est plus une fin en soi.

Il ne fait aucun doute que ce nouvel album porte la griffe de son réalisateur, nul autre que Colin Linden, autant que celle de son auteure. Ce qui n’est pas pour suggérer que Cindy n’a fait que se couler dans le moule nashvillien – ce qui eût été parfaitement compréhensible, vu le calibre des musiciens dont elle se trouvait entourée (dont le génial Paul Reddick à l’harmonica). Je crois plutôt qu’il y avait, à la base, une affinité naturelle entre l’univers de Cindy (qui vit désormais à Montréal, comme se doit de le faire toute artiste de Timmins qui ne s’appelle pas Shania Twain) et celui du guitariste-réalisateur qui a notamment travaillé avec The Band et Emmylou Harris.

Se glisser dans l’univers sonore de Chapeau de pluie, c’est comprendre la différence subtile mais fondamentale entre une interprète féminine et une interprète doublée d’une femme, et qui utilise la femme comme filtre (et comme philtre!) pour prêter une couleur particulière à ses interprétations. Difficile, à l’écoute de ce nouvel album, de faire abstraction de la charge sensuelle dont ces chansons se trouvent investies.

À l’instar de Lucinda Williams, Cindy assume cette sensualité avec un naturel qui peut séduire ou déconcerter, même s’il lui reste quelques échelons à gravir avant d’atteindre le niveau de qualité d’écriture de son homologue américaine.

Une écoute suffit pour se convaincre que l’étincelle est déjà là dans des chansons comme À genoux (au carrefour de Daniel Bélanger et Lhasa de Sela), Ollabelle, qui évoque le Dylan des années 65-66, et Noir, c’est noir, qui flirte avec le classique dont elle emprunte le titre avant de cerner sa propre mélodie et son propre propos.

Dans le sillage de ce second album, Cindy est sans doute celle qui, dans le sillage de Damien Robitaille, pourrait être la prochaine Franco-Ontarienne à s’imposer sur le marché québécois et, pourquoi pas, français.

Et pourtant, au lendemain du lancement de l’album, elle admettait se sentir déchirée entre l’exigence du service après-vente, si j’ose dire, et le désir de graver tout de suite un nouvel album à saveur plus «indie» (lisez «moins calculé pour percer»). Une tentation discutable, sur le plan stratégique, mais qui suggère que l’artiste est mue par une telle soif d’explorer et de rendre compte de ses trouvailles qu’il serait dommage de l’en empêcher.

Be Sociable, Share!

Sur le web

Photos récentes

Suivez nous sur

Inscrivez-vous à la liste d'envoi

© Copyright 2010, Carrefour francophone de Sudbury. Tous droits réservés.